Maintenir un blog… ha ! Ce n’est pas l’absence d’idées ou de sujets qui m’empêchent de mettre des petits billets en ligne … mais juste le manque de temps.

Il faut dire que depuis l’IBC de septembre dernier les choses bougent ou plutôt s’accélèrent tant dans le monde de FCPX que dans mes activités professionnelles, me laissant peu d’espace disponible pour en faire le relais ici.

Plutôt que d’essayer de rattraper mon retard, je voudrais donc juste communiquer deux-trois nouvelles qui me paraissent importantes :

Autopost

C’est le post que je veux écrire depuis septembre. Autopost n’est pas (encore) un produit mais une recherche bien avancée dont j’ai trouvé le petit stand dans cet antre des alchmistes de notre industrie qu’est le Hall 8 de l’IBC. C’est là que vous pouvez voir les protos d’écrans 8K (ou plus), les cameras 360 de demain et les casques VR du futur. Il y a toujours quelques stands dont la teneur me dépasse et souvent une ou deux perles rares. Autopost en faisait partie en 2015.

IBC2015-700x250

©Autopost-project.eu

« Deformable surface tracking and alpha matting for the automation of postproduction workflows » s’inscrivait juste sous le nom du produit. Moi quand je vois Postproduction workflow je sais que ça va m’intéresser et j’ai eu rapidement droit à une explication approfondie par… le coordinateur scientifique et technique de ce projet, le Dr. Lutz Goldmann.

Autopost est un projet européen qui se propose de développer de nouveaux algorithmes de tracking et de keying et de les proposer sous forme de plugins et de SDK pour les développeurs d’applications. En bref, des outils du genre Mocha, tracker planaire de haute qualité dont le « moteur » fait tourner les plugins de Coremelt ou Boris entre autres.

Et alors ?

Screen Shot 2016-03-19 at 18.27.13

©Autopost-project.eu

Là ou ce futur plugin excelle, c’est dans le tracking de surfaces molles et en mouvement, comme de la peau et les textiles. Il suffit de regarder la vidéo du tatouage sur leur site pour réaliser l’intérêt de la chose.

Là où les meilleurs softs du jour mettent deux heures pour obtenir un résultat approximatif, Autopost met 10 minutes en tout et pour tout pour tracker la peau et intégrer le tatouage avec toutes les déformations rendant l’effet réaliste

Même si je n’ai pas produit les effets spéciaux du dernier Star Wars, j’ai pas mal d’expérience du tracking avec différents outils pour des programmes télé ou des films plus modestes, et un tel résultat, aussi rapidement, m’a tout simplement bluffé.

La précision est telle qu’elle permet d’envisager de s’attaquer au maquillage numérique,  au vieillissement ou rajeunissement des corps ainsi qu’à la génération de masques très précis pour de l’étalonnage, des domaines que seuls les gros outils et des procédures assez fastidieuses et compliquées permettent d’envisager aujourd’hui. Imaginez cela possible demain dans Motion ou même FCPX directement !

Le projet est très sérieux et les participants vont de l’institut scientifique Fraunhofer à des acteurs connus du monde des effets haut de gamme comme les belges de digitalgraphics ou les allemands de moto ou encore imcube, spécialistes de la 3D. Le programme européen se termine en juin de cette année, il n’y a plus qu’à espérer des retombées rapides dans nos petites mains !

YakYakYak

C’est avec plaisir que j’ai découvert que le site favori des francophones était sorti de sa léthargie. Erwan a de nouveau du temps et de l’énergie pour proposer des articles et résumés video intéressants qui nous permettent à tous d’avancer. Seul bémol à mon avis, le site est un peu lourd depuis la nouvelle version et le rafraîchissement de ses belles pages parfois un peu long, surtout lorsqu’on est à la campagne…

Lumaforge

Le nom ne vous dit peut-être rien, pas encore…

Il s’agit d’un nouvel acteur du monde du stockage partagé qui propose des serveurs très très performants ET optimisés pour FCPX. Déjà impliqués dans la postproduction des premiers longs métrages hollywoodiens montés sur FCPX, les produits Lumaforge suscitent la curiosité des pros et déjà un peu la jalousie de certains de leurs concurrents.

Pourquoi ? Parce que là ou certains vous expliquent que FCPX « ça ne marche pas dans un milieu collaboratif », les Sharestations de Lumaforge apportent un démenti retentissant et très compétitif en termes de prix . Preuves à l’appui avec les premières grosses installations faites…en Europe !

Lire en anglais l’excellent article de Ronny Courtens sur FCP.CO, dont j’espère vous livrer une traduction un de ces jours.

 

 

Publicités